Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

BXWXJjtIAAAS_AZ.jpg

Ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur La Fouine sans jamais oser le demander.

Il s’appelle Laouni Mouhid et derrière ce nom se cache l’un des rappeurs français les plus talentueux de la décennie, La Fouine. Né en 1981, le jour de Noël, ce fils d’immigrés marocains prend ses marques à Trappes. Avec son label, Banlieue Sale, il produit aujourd’hui de jeunes artistes comme Fababy ou Sultan.

Tellement de choses ont été dites et écrites sur La Fouine qu’il est difficile de séparer le bon grain de l’ivraie. Il s’est vu coller toutes les étiquettes, souvent aussi fausses les unes que les autres : certains critiquent son rap « egotrip » et pas très conscient, d’autres le trouvent contradictoire à vouloir parfois s’essayer au chant.

Mais, n’oublions pas que La Fouine est, avant tout, un artiste avec un vécu et rarement un artiste a partagé avec autant de sincérité ses douleurs et ses peines dans le monde de la musique urbaine.

Découvrons le véritable parcours et les étapes qui ont construit cet artiste hors norme qui dépasse aujourd’hui largement le cadre du rap.

D’où l’on vient

Un 25 décembre 1981, un certain Laouni Mouhid voit le jour. Il est le sixième fils d’une famille composé de sept enfants, de père et de mère marocains. Laouni grandit en banlieue parisienne dans les Yvelines.  

Son enfance est bercée par la musique et plus particulièrement par la chanson française : de Jacques Brel à Léo Ferré, en passant par Brassens, il développe une oreille musicale et un goût pour tout type de mélodies. Cette oreille musicale lui profitera à son apprentissage du solfège puisqu’à l’âge de huit ans, Laouni est inscrit par son père au conservatoire de la ville de Trappes et s’essaye à la guitare.

Cependant, les choses se compliquent très rapidement.

Drôle de parcours

En 1992, la dernière sœur de Laouni quitte le domicile familial. À la maison, il ne reste plus que lui, Hakim (alias Canardo), et ses parents. Le manque d’argent, les loyers en retard, les huissiers les poussent à s’en éloigner.

Laouni trouve refuge dans la musique de sa génération : le rap avec pour modèles NTM, Kerry James, Mobb Deep ou encore Snoop Dogg. Il traîne dans la rue, s’y perd. À 16 ans, le jeune homme rentre pour la première fois en prison et jusqu’à 21 ans, il récidivera. L’intéressé déclarera plus tard au magazine Planète Rap Mag : « Je n’avais que quinze ans quand j’ai été expulsé de l’école et placé en foyer. Je fuguais tout le temps. Mais il ne fallait pas que je dorme chez moi, sinon les flics venaient me rechercher directs. Je dormais chez des gens, dans des voitures, dans des locaux, etc. C’était la misère. »

Sa seule échappatoire reste encore une fois la musique, si bien qu’un événement va bouleverser à jamais sa vie et lancer sur les rails La Fouine que l’on connaît aujourd’hui.

Qui peut me stopper ?

En 2002, Laouni Mouhid sort de prison et apprend qu’il deviendra bientôt père : il décide de prendre sa vie en main. Dans un premier temps, il se lance dans la vie active en occupant des petits emplois ici et là.

Parallèlement, avec l’aide de deux amis Gouressy et Kibaki, il enregistre son premier maxi intitulé, J’avance, qu’il envoie à plusieurs labels et maisons de disques ce qui lui permet de se faire connaître dans la banlieue ouest-parisienne. Après son passage dans un concours organisé par la radio Skyrock, La Fouine décroche un contrat avec Sony BMG. C’est le début de la carrière du rappeur français.

Laouni collabore avec son frère Canardo et Clément d’Animalsons qui produisent désormais ses morceaux. Après plusieurs années de dur labeur plus ou moins fructueuses, le rappeur connaît enfin la consécration avec ses deux albums Aller-retour et Mes repères qui ont sans doute donné naissance aux plus grands classiques du rap français comme Du ferme, Hamdoulah moi ça va, Tous les mêmes ou encore Reste en chien.

Depuis, La Fouine semble mener avec brio sa carrière et, à la manière de docteur Jekyll et de M. Hyde, il dévoile deux facettes de sa personnalité : Laouni, l’ange sensible, et La Fouine, le démon rebelle. C’est finalement sur scène que Laouni et La Fouine se retrouvent pour enflammer les salles de spectacle.

Le 4 février 2013, La Fouine revient en force en dévoilant son 5e album intitulé, Drôle de parcours, un album, avant tout, autobiographique qui signe la maturité de Laouni Mouhid. Celui-ci change un peu de registre en s’éloignant de son rap hardcore auquel il doit son succès.

En plus de la musique, La Fouine s’exerce aussi occasionnellement en tant qu’acteur et gère sa marque de vêtement Street Swagg.

À suivre…

Partager cette page

Repost 0
Published by

La Fouine sur Twitter

La photo du mois

O8ZBe_a3.jpeg